Pourquoi les enfants mentent-ils et quelle réaction avoir dans cette situation ?

Si nous, adultes, mentons régulièrement (vous vous souvenez de cette prétendue réunion pour éviter un rendez-vous, ou encore ce morceau de chocolat que vous étiez censée ne plus avoir et qui a finalement fini dans votre bouche, … ?), il n’en est pas de même pour les enfants.
Enfin, pas tous, cela dépend en priorité de l’âge de vos enfants. En effet, il faut distinguer deux périodes où les choses sont totalement différentes pour ce qui concerne le mensonge.

La première période concerne les enfants jusqu’à 7 ans (environ), pour une raisons somme toute bien simple : jusqu’à cet âge, les enfants confondent réel et imaginaire. En effet, durant cette période, l’enfant va exprimer ses désirs comme s’ils étaient réels pour lui, comme s’il s’agissait d’un vécu et non d’un fantasme. Cela se traduit de différentes manières, comme le cas bien connu de l’ami imaginaire, qui pour lui sera tout sauf imaginaire. De même pourra-t-il jouer à « faire semblant que » en prenant un rôle qu’il aimerait avoir, une situation qu’il aimerait vivre, ou encore un animal qu’il aimerait avoir.

En ce sens, il est important d’écouter les mensonges de son enfant car cela en dit long sur lui. De fait, ces mensonges n’en sont pas pour lui, aussi il est difficile de parler de mensonge s’il n’y a pas volonté de cacher quelque chose. Il est important aussi de prendre ses mensonges comme des fabulations, qui prennent leur racine dans l’expression des désirs et des besoins de votre enfant. Il peut aussi y exprimer des manques ou des peurs, raisons de plus pour bien écouter ses récits parfois fantaisistes…Un exemple concret pourrait être le copain dont votre enfant parle, dont il relate la vie rêvée qu’il pourrait avoir, avec un stade de foot dans son jardin ou encore une piscine dans son salon.

Plutôt que de reprocher à votre enfant un mensonge ou une hallucination, essayez de discuter avec lui afin de savoir si ce ne sont pas ses envies qu’il exprime au travers de ces histoires. Il en sera de même pour cet ami imaginaire qui pourra être à la fois une source d’envie ou bien sa tête de turc. Cela pourra avoir d’autant plus de chances d’arriver que votre enfant est un enfant unique, trouvant en cet ami imaginaire un soutien, une assurance qu’il pourrait trouver dans une fratrie. Il peut aussi s’agir d’un confident, permettant à l’enfant d’exprimer ses peurs, ses inquiétudes ou sa tristesse, et d’être ainsi aidé par cette présence qui est là pour lui, et uniquement pour lui. Il faudra donc être ouverte à cet ami imaginaire, non pas en niant son existence, mais en le considérant comme le fait votre enfant, à savoir un être à part entière. N’hésitez pas à rentrer dans le jeu, en proposant de réserver une place à table à cet ami, ou s’il est prêt aussi quand vous partez à la crèche, cela rassurera votre enfant car vous porterez attention à lui, au travers de son ami dont vous prenez également soin…Avant qu’il ne disparaisse de lui-même vers l’âge de 6 ans.

Puis, pour les enfants après 7 ans, la seconde période va porter les enfants à mentir par peur de souffrir ou pour exprimer un besoin (désir ?).

C’est en effet aux alentours de 7 ans que l’enfant commence à avoir pleinement conscience de la distinction bien/mal, et qu’il séparer la réalité de son imagination. Il se rend alors compte des conséquences de ses mensonges, mais aussi des intérêts qu’il a à mentir…

Mentir va désormais lui permettre d’éviter de souffrir, et également d’exprimer ce dont il a besoin. D’une part cacher ses bêtises va lui permettre d’éviter de se faire disputer et donc de souffrir. Cela va aussi le pousser à  mentir pour protéger autrui, afin que ses paroles ne puissent être source de souffrance pour d’autres personnes.

Mais les enfants restent dans le situationnel et n’envisagent pas l’avenir comme nous le faisons. Ils sont donc capables de mentir sur un sujet sur lequel nous saurons forcément la vérité un jour ou l’autre, mais cela n’est pas présent dans leur esprit. Et depuis tout jeune vous apprenez à votre enfant que toute vérité n’est pas bonne à dire, car la réalité peut faire souffrir. Votre enfant va donc appliquer cela selon les situations qui lui semblent conformes à cet adage bien répandu. Ne lui avez-vous pas demandé de dire que le cadeau X reçu à son anniversaire lui plaisait alors que ce n’était pas le cas, pour faire plaisir à sa mamie ? Par ce genre d’attitude, qui au final est une convention sociale unanimement répandue, nous apprenons à nos enfants à mentir, même si l’intention est bonne.

De même, les enfants savent quels actes sont susceptibles de leur apporter de la souffrance car ils savent que c’est une bêtise. Aussi, arrivés à un âge assez mature pour pouvoir raconter des mensonges afin d’éviter une punition, ils n’hésitent généralement pas à en profiter. Il est alors important de réussir, lorsque vous constatez ce mensonge, de poser les choses et de réussir à garder son calme. Discutez avec lui, comprenez pourquoi il a menti, et voyez comment il peut agir pour réparer la situation.

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here